L'Impermanence

Dans cette vie-ci, ce n’est pas la vie monastique que j’ai choisie. Le besoin de me frotter à la pratique de l’impermanence nécessitait le cadre d’une vie sans murs protecteurs. Les enseignements sur l’esprit utilisant l’introspection me sont revenus vite : leur application est toujours à l’oeuvre. Et l’année passée m’a permis de juger de leur efficacité !

2020 : pandémie. Ce n’est pas tant le virus en lui-même que la réaction apeurée des États qui est formateur. En effet, toute réaction est bien plus riche d’informations sur notre état d’esprit que l’évènement en lui-même !

Le virus est neutre, en lui-même : il joue le rôle qu’il porte en lui. Point. La peur de la maladie et de la mort qu’il souligne chez les individus, est bien plus intéressante à observer.

À l’échelle mondiale, l’humain se remémore que toute situation confortable (et même inconfortable), peut être freinée voire stoppée sur un temps…, indéfini. Dans un monde où on se laisse croire qu’on maîtrise, qu’on anticipe, qu’on « sait », c’est un ras de marée ! Le tsunami le plus Éveilleur qui soit…, à condition de le voir.

Vous avez dit « libre » ? Et c’est bien le problème ! On se laisse croire que la liberté se loge dans le choix de l’action visible et palpable.

La Liberté est celle de l’esprit seulement.

Nous est donnée, à chaque instant, la possibilité de cette conscience.

Nous pouvons, effectivement, réaliser que cet évènement majeur n’est que le reflet de ce qui se passe vraiment tout le temps. Pas une seconde ne meurt sans qu’une autre ne naisse. Pas de nouveau pas sans lâcher le précédant. Pas d’inspiration sans expiration. Pas d’aujourd’hui sans hier… ou sans demain.

La mort est ce changement permanent qu’est la Vie.

Cette impermanence est éternelle. Pas de relation qui ne change en permanence. Pas d’individu qui ne devienne. Je change, tu changes, il/elle change, nous changeons, vous changez, ils/elles changent.

Curieux que l’on puisse s’illusionner au point d’oublier cette évidence ! On s’appuie sur des habitudes, des « toujours » (ou des « jamais »), des institutions construites dans un autre temps, des vêtements TU (taille unique), là où les gens, les envies, les besoins, les corps changent tout le temps.

Et pourtant l’invitation à l’impermanence est permanente. Autrement dit, il y a de la permanence 😉 Celle de la Vie qui rencontre la Vie dans la Vie et qui S’amuse à Se découvrir dans la pluralité.

Alors, mieux que « bonne année », je vous souhaite

d’être la Vie en conscience!

De tout coeur avec vous,

Nicole

#commentarreterdesouffrir #limpermanence #lavie #laconscience #developpementpersonnel Photo by Simon Berger on Unsplash

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *