Très en vogue depuis quelques années, ce titre doit sûrement vous évoquer vos lectures, les articles repérés dans votre magazine, si ce n’est la magazine lui-même !

J’avoue que ce terme n’est pas celui que je préfère. Il résonne comme l’étendue nombriliste individuelle et me fait plus penser à l’ego « maître à bord » qu’à un éveil des esprits.

Et pourtant c’est ce qu’il est supposé être : l’outil révélant l’aptitude à Être. Seulement voilà, comment ne pas tomber dans l’épanouissement de notre folie aveugle ? Chaque lecture est empreinte d’interprétation pouvant engendrer le pire comme le meilleur. Si on lit « pensez à vous d’abord », « ne vous occupez pas des autres; écoutez-vous », on peut aller vers un développement de la personnalité qui fait fi des autres, pousse à tout vouloir acquérir sur un plan matériel, la réussite étant là. Ou bien, une compréhension que, plutôt que d’accuser l’autre de nous rendre malheureux, nous pouvons regarder en nous l’histoire qui tourne en rond pas notre choix inconscient.

Le choix d’entendre la responsabilité individuelle comme cause du bien ou mal-être personnel, change tout ! Ce choix permet de mieux vivre de soi à soi-même (on apprend à se lâcher la grappe!) et de soi à l’autre (on lui lâche la grappe !). Le contentement de ce que la vie quotidienne propose devient accessible, la quête de convenir, anticiper, maîtriser sa vie s’effondre pour laisser place à Être. Terminée la carotte « après l’effort, le réconfort », finie l’injonction à la productivité autocentrée. Et à la place ? « tel en dedans, tel en dehors », le non jugement, l’accueil des différences comme l’expression de La Vie… Le ménage, une fois fait, donne accès à l’expression d’Amour que nous sommes tous !

Alors, Hauts les Coeurs !

Mon livre fait partie de la catégorie « développement personnel » et cela m’a obligé à aller regarder ces termes.

« Développement » : je comprends que l’on croit à un développement, comme le gland développe le chêne en lui, le montre de plus en plus en cours de croissance. En vérité, il est « chêne » depuis le début. C’est ce qu’il est qu’il manifeste. Rien de plus ni de moins ! Il n’aurait, à aucun moment, pu montrer autre chose ! Les mots trompent. Entendre gland imagine le fruit à la coque dure et oblongue adoré des sangliers…, pas l’arbre qu’il devient. De la même façon, bébé évoque le petit d’homme fragile et sans défense, ignorant du monde qui l’entoure et non l’individu qu’il exprimera au cours de sa vie. Alors, ok pour « développement ».

« Personnel ». C’est là que l’exercice se corse. L’ego est fan du personnel, du moi. Il se nourrit de comparaison, de jugement, s’infiltre par la peur et vous peint le monde en champ de bataille en deux temps trois mouvements ! Vous vous réveillez alors dans un monde où « la vie n’est pas un long fleuve tranquille », où les relations se vivent « oeil pour oeil, dent pour dent », et où la règle est punitive. On est loin de l’Amour, de la bienveillance et de l’épanouissement ! En vérité, si l’on parle de personnel, c’est que personne ne peux faire le travail de conscience à la place de l’autre. Tout simplement. C’est, en ça, une quête personnelle. C’est aussi ce qui permet de respecter l’autre. Le respect est une base de l’amour. C’est un bon début 😉 Alors, oui, je suis ok pour que mon livre naisse en développement personnel. C’est effectivement à cet endroit du coeur de chacun qu’il met au travail, au retournement de l’ego vers l’unité. C’est là qu’il accompagne chaque lecteur à sa vérité. À Être.

Merci Cathy de m’avoir fait regarder en moi. Encore une fois !

Et vous, comment entendez-vous ce titre ? Vous demande-t-il d’être vigilant? Et quelle révélation cette écoute de vous a permise pour vous et donc pour vos relations aux autres ?

Avec joie de partager et de vous lire,

De tout coeur,

Nicole

#commentarreterdesouffrir #développementpersonnel #bienêtre

Photo by Mikel Parera on Unsplash @mikelparera

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *